RTL

Ou plutôt ce que je n’ai pas eu le temps de dire sur RTL (cliquez pour m'écouter)..


Que les Philippins haussent les sourcils pour un oui, pour un non, un bonjour.

 

Qu’ils disent toujours « yes ma’am », même s’ils pensent non, pour ne pas décevoir ou perdre la face.

 

Que s’ils sont « sorry » d’annoncer que quelque chose qu’on souhaite avoir n’est pas disponible, ils ne proposeront pas pour autant une alternative ou une simple idée. Ils sont simplement « sorry » et puis c’est déjà bien.

 

Qu’a Manille, je crie parfois « ville de m**** !!!! » et que ca ne s’entend pas, tellement il pleut, tellement les taxis klaxonnent, tellement ils ne veulent pas nous emmener la ou on veut sans doubler leur salaire, tellement je me sens prise au piège comme une crevette dans un filet.

 

Qu’a Manille, quand parfois je sors d’un cours du vendredi avec mes crevettes préférées, j’ai envie de crier « J’adoooooore les Philippines !!!!!!!! », tellement j’ai reçu plein de rires, d’humanité, d’intelligence et de spontanéité de la part de mes élèves. Tellement ils me font aimer leur pays, tellement j’aime leur apprendre ma langue.

 

Que mes crevettes sont l’incarnation de la joie de vivre philippine (a quelques exceptions près. Il y a toujours des crevettes grises).

 

Que c’est contagieux et je me sens aimer ce pays chaque jour un peu plus.

 

Qu’a Manille, les « malls » ou centres commerciaux restent malheureusement les endroits les plus agréables pour se promener… Que j’ai envie de beaux trottoirs sur lesquels une simple crotte de caniche me ferait sursauter d’effroi (mais il me semble que j’ai parle des trottoirs ! ;-)

 

Qu’aux Philippines, il n’y a pas que Boracay, mais des endroits encore plus fabuleux qui ne demandent pas à être cités sur la première radio française afin de ne pas être assaillis par ses millions d’auditeurs assoiffés de mer salée et de sable poudré. 

 

Que les typhons sont impressionnants mais que le pire reste leurs conséquences : coupures d’électricité pendant au moins 24 heures, recherches de bougies, panne des transports ferroviaires, problèmes de télécommunications, absence de crevettes, pataugeoires naturelles…

 

Que j’adore les Philippines, et qu’avant tout, j’adore les Philippins. Ce sont eux la meilleure raison d’aimer ce pays. Ils sont son meilleur atout et valent mieux que toutes ses plages de rêve.

 

Que Hong Kong m’a fait réaliser ma chance de vivre avec eux et leur humanité, leur bonté, leurs sourires, leurs maladresses… Oh je sens que je m’attache.

 

Qu’il y a une pénurie de riz à prévoir dans les prochains mois en raison des dommages causés aux réserves.

 

Qu’avant les trottoirs et la littérature (c’était pour avoir des livres en cadeaux pardi!), ce sont ma famille et mes petits français préférés qui me manquent et a qui je pense tous les jours sur mes trottoirs pourr… hum hum… abimés.

 

Que les philippins ont une gastronomie peu variée, surtout a base de volaille, et que tout tourne toujours autour du cochon. Qu’il y a certainement plus de Mac Do et de Starbucks ici qu’a New York. Que les philippins ont le pied de plus en plus lourd sur la balance.

 

Que je n’ai même pas pu donner la chute à mon histoire de baklas ! Oui, Shakira, la fameuse célébrité que j’ai rencontrée le premier jour, était… un transsexuel !

 

Que c’est Sophie Martin qui m’appelle en direct ? Que c’est Sophie Martin, la « célébrité » que j’ai rencontrée le premier jour ? Que c’est Sophie Martin partout dans mes Philippines ?

 

Que la pauvreté n’est pas un sujet dont je sais parler spontanément, tout comme de mon recul sur la France…

 

Que je voudrais faire un coucou a ma M’man qui est la plus grande de toutes les auditrices et a mon P’pa le plus grand de tous les auditeurs. Et mes copines, copains, cousins, cousines, dans tous les coins du monde que j’aime et à qui je pense fort malgré les ondes qui nous séparent !

 

Et que j’ai peur de donner une trop bonne image des Philippines. Ce trésor doit rester secret le plus longtemps possible…